LE JOURNAL

tout savoir sur ce que défend la friche et ses partenaires

  • Atelier Lucien

• ARTICLE • Parlons compost

Mis à jour : mars 17

Et si on jouait aux petit·e·s alchimistes ? Non non, on ne va pas vous expliquer comment changer le métal en or, désolé·e·s. Par contre transformer vos déchets en compost, ça on peut vous montrer.


Mais quel est l’intérêt ? Et si on vous disait que pour la nature, rien ne se jette, tout se transforme ?


VOICI LA LISTE (NON EXHAUSTIVE) DES BIEN FAITS DU COMPOST


Le premier intérêt est de réduire son volume de déchets. Près de la moitié du contenu de notre poubelle sont des déchets de type organique. Donc, si vous faites du compost, vous sortirez les poubelles deux fois moins que si vous ne le faites pas. Voilà. On pourrait s’arrêter sur l’énumération des biens faits du compost avec cet argument de poids, mais on va quand même vous parler des autres.


Qui dit réduction des déchets, dit réduction de la pollution. En effet, plus nos quantités de déchets sont importantes, plus cela entraîne un trafic routier polluant notamment avec l’acheminement jusqu’à la déchetterie. De plus, lorsqu'ils sont mis en décharge, ils peuvent aussi provoquer des pollutions des sols et des eaux souterraines avec l'émission de gaz toxiques. Et si ils sont incinérés, ils peuvent générer des fumées polluantes.

Alors, grâce au compostage on limite la pollution, on diminue les gaz à effet de serre et on créé de la vie ! Et oui Jammy, le recyclage de cette matière qui se décompose permet d’enrichir le sol. Dans la nature, les plantes qui meurent se décomposent sur place et ce qui en résulte permet de donner tous les nutriments possible à la naissance de nouvelles plantes. Dans un jardin, le nettoyage des herbes sauvages et la consommation des légumes et fruits entraînent un appauvrissement progressif du sol. Le compost permet, en quelque sorte, de faire équivaloir les exportations et les importations. C’est un peu comme si on essayait d’équilibrer la balance commercial de notre jardin. Et si notre sol possède déjà les nutritifs indispensables au bon développement des plantes grâce au compostage, on n’a plus besoin d’utiliser des pesticides ou de l’engrais chimique. CQFD.


FUN FACT :

La température au centre d’un tas de compost peut atteindre 80°C ! On peut même s’en servir comme radiateur d’extérieur. (On rigole bien sûr, un feu de bois c’est quand même plus efficace)

LE COMPOSTAGE CHEZ LES LUCIENS


Maintenant que vous êtes rodé·e·s sur les bien faits du compostage, on aimerait vous parler de notre composteur, qui en fait, est un lombricomposteur !



Pour la petite histoire, lorsqu’il faisait beau et chaud (ce n’est pas souvent le cas en Normandie, mais oui ça arrive en été), on avait l’habitude de ramener nos déchets verts à la Friche dans notre composteur classique. Sauf que lorsqu’on a du retourner travailler dans nos bureaux à l’approche de l’hivers, il nous a fallu trouver une solution d’intérieur. Et bim, on est tombé sur le lombricompostage. Un système sans odeur et qui ne prend même pas de place dans notre petite cuisine. Du coup l’excuse «je n’ai pas de jardin » n’en est plus une. C’est une technique qui est plus rapide, avec un cycle de compostage beaucoup plus court. Cerise sur le gâteau, c’est un système très pédagogique et plus intéressant à regarder qu’un composteur normal.

« Avec nos amis les lombrics, réduisons nos déchets et participons tous à la lutte contre le réchauffement climatique en transformant nos déchets en engrais naturel »

Mais du coup, c’est quoi un lombricomposteur ?

C’est tout simple, c’est un système de bacs superposés dans lesquels évoluent des vers de terre. Ces derniers et d’autres micro organismes décomposent les matières végétales qu’on leur donne, et font du compost. On se retrouve donc avec différents bacs, dans différents états de décompositions. Une fois que le bac d’en bas est mature, on l’enlève, on le vide et on le remet par dessus. Un peu comme une partie de Kapla, mais avec des vers.


Lombricomposteur 3 plateaux City Worms Vert

On devine que le bac du dessous est à maturité lorsqu’il prend l’apparence de la terre et qu’il n’y a plus de vers dedans. Comme il n’y a plus a manger, les vers remontent vers les bacs du dessus, attirés par les déchets verts qui ont été déposés. C’est assez simple à gérer.





En plus du compost produit, il y a aussi un jus qui s’appelle le lombrithé. C'est un fertilisant liquide à diluer avec de l’eau. Ce lombrithé résulte de l’eau perdue des déchets et qui vient se gorger de nutriments en passant par tous les bacs




Ça mange quoi au menu les vers ?


Ils se régalent de tous les déchets végétaux. Mais on évite les oignons et l’ails. Non ce ne sont des vers vampires mais l’ails et l’oignon sont des vermifuges naturels et sont très mal digérés par les vers comme les agrumes qui sont trop acides et qui mettent beaucoup de temps à se décomposer.

On se lance ?


Si vous décidez de passer le cap et de devenir éleveur ou éleveuse de vers à domicile, niveau budget vous pouvez compter environ 100€ pour un lombricomposteur utile à un foyer d’environ 4 personnes. Après il est possible de jouer au macgyver et de fabriquer son propre lombricomposteur ! On vous met un petit tuto juste ici :


Il existe aussi des sites de dons de vers ou de compost pour démarrer sa petite affaire. Ces sympathiques invertébrés se reproduisent assez rapidement, alors autant en faire profiter les voisin·e·s :

https://plus2vers.com/fr/carte-donateurs-vers/


Voilà, maintenant vous avez toutes les cartes en main pour vous lancer !


  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • Blanc LinkedIn Icône