LE JOURNAL

tout savoir sur ce que défend la friche et ses partenaires

  • Atelier Lucien

• ITW • Sophie pour l214

Dernière mise à jour : mars 8

Vous aimez les animaux ? Nous aussi ! Mais savez-vous vraiment ce qu’il se passe dans les abattoirs ? L214 devient porte-parole des animaux d’élevage et dénonce les conditions déplorables dans lesquelles ils sont traités. Sophie nous explique comment ça se passe :



Parle nous de toi



Peux-tu te présenter ?


Je m’appelle Sophie, je suis bénévole pour L214 depuis plus de 2 ans, et aujourd’hui je suis coréférente avec Pierre-Alexandre pour la région rouennaise.



Quel a été le déclic qui t’a fait t’engager ?


Ce sont des reportages que j’ai vu via Netflix avec mon ex-copain. À partir du moment où j’ai vu tout ce qu’il pouvait se passer pour les animaux d’élevage, que ce soit pour les vaches à lait ou pour la viande, je n’ai plus pu en manger. Alors j’ai voulu agir pour montrer aux gens ce qu’il se passait avec les animaux.


"Je me suis rendue compte qu’on pouvait vraiment créer une relation avec un animal "

Pourquoi cette cause ?


Ce sont les images de L214 qui m’ont fait réagir. J’ai toujours été attirée par les animaux et pour moi ce sont vraiment des êtres sensibles. Les animaux d’élevage ne sont pas encore représentés comme des animaux domestiques, tels que les chiens ou les chats, alors qu’ils sont tout aussi sensibles et qu’ils ressentent la douleur. Ils n’ont pas envie d'aller à l’abattoir et de mourir. Je pense que si on montre aux gens ce qu’il se passe réellement, ça peut faire changer les choses ! C’est vraiment une cause qui m’a toujours intéressée.

Quelles sont tes inspirations ?


J’ai eu une lapine pendant 10 ans et je me suis rendue compte qu’on pouvait vraiment créer une relation avec un animal ! C’est vrai que grâce aux images sur internet, comme par exemple avec les réseaux sociaux, je me suis rendue compte qu’on pouvait être une communauté engagée et regroupée pour agir.

Quel est ton plus beau souvenir au sein de l’association ?


Ce sont toutes les rencontres que l’on fait lors des actions. Je me souviens aussi de la marche pour la fermeture des abattoirs qui s’était passée en juin il y a 2 ans (annulée l’année dernière à cause du Covid malheureusement). On était tous regroupés avec de la musique et des slogans sur Paris. C’était vraiment une forte communauté. On devait être environ 1000 personnes, c’était tellement prenant. A chaque fois, il y a toujours des bons moments lors des échanges avec les gens pendant les tables d’infos ou les actions.


"Chaque être vivant, sensible, doit être considéré comme tel"

Que tires-tu de cet engagement sur ta vie personnelle ?


C'est un enrichissement ! Grâce à mon engagement, j'ai pu rencontrer des gens bienveillants qui ont la même vision des choses que moi. Je me suis même fait des ami.e.s. En devenant coréférente , j'ai fait la connaissance du réseau L214 qui est rempli de gens super motivés. Je n'ai plus l'impression d'être la seule à avoir pris conscience des choses horribles qui se passent encore en 2021, pour les animaux. Il faut que ça change !



Pourquoi penses-tu qu’il est important de s’engager ?


C'est important de faire prendre conscience aux gens que derrière une tranche de jambon ou un hamburger, se cache un animal sentient qui passe par des conditions de vie et d'abattage qui ne devraient pas exister. L'animal a peur en allant à l'abattoir et ressent la douleur. S'engager permet de transmettre ce message et de semer des petites graines dans la tête des gens. De plus, pour moi qui avais déjà fait l'effort de changer mes habitudes de vie et alimentaires, je pense que s'engager dans une association est un aboutissement. On se sent plus "utile" pour aider à faire bouger des lois.


PARLE NOUS DE TON ASSO

Peux-tu présenter ton association ?


L214, c’est une association de protection animale, qui a été créé en 2008 par Brigitte Gothière et son mari Sébastien Arsac pour dénoncer tout ce qu'il se passe pour les animaux d’élevage. Ce sont les vaches, les cochons, les poules ou encore les poissons (qui sont souvent oubliés même si ce sont des animaux aussi). Au départ c’était Stop Gavage, par rapport au foie gras au moment de Noël. Des gens s’étaient regroupés et cette association s’est crée. L214 c’est un code rural qui n’est pas appliqué, mais qui veut dire que chaque être vivant, sensible, doit être considéré comme tel et mis dans un endroit qui répond à ses besoins. Sauf que pour l'instant, ça n'est pas vraiment le cas.



Quelles sont les personnes que vous visez de manière générale ?


Les premières personnes que l’on vise, ce sont les personnes politiques car ce sont elles qui font les lois. On fait des actions lors des Municipales, avant qu’il y ait un nouveau maire. Par exemple, on souhaite aussi interdire les cirques avec animaux, car c'est une cause importante même s’ils ne sont pas mangés. On veut faire changer les lois ! On vise aussi les gens de manière générale, afin qu'ils réagissent et qu’ils montrent qu’ils ne sont pas d’accord avec ça.

Quelles sont les actions que vous menez et avec qui ?

Il y a des salariés à L214 avec des référents dans chaque ville. On se regroupe régulièrement mais avec le Covid, on le fait par visio, sur les réseaux ou par mails. On fait des actions qui sont coordonnées. Il y a un pôle éducation dans L214, pour les enfants avec aussi des présentations dans des écoles. Nous avons un magazine qui a été mis en place et qui vient d’être réédité, c'est une sorte de journal de bord pour les enfants. Sinon on a des bénévoles dans toute la France, dans beaucoup de villes.


"Qu’on laisse les animaux tranquilles !"

Recrutez-vous ? En quoi cela consiste à rejoindre votre asso ?


Être bénévole pour L214, c’est déjà donner son temps. On peut faire des actions statiques, du tractage, du collage d’affiches, poster des choses sur les réseaux sociaux, signer des pétitions, informer et être présent lors des actions. C’est vraiment donner son temps pour la cause animale et avoir les mêmes valeurs par rapport à ça.


Si on veut rejoindre notre équipe, on peut faire une demande d’ajout sur Facebook, « Bénévole L214 Rouen ». Il y aussi un groupe qui s’appelle « Agir pour les Animaux Rouen » sur Facebook. Ce dernier est public alors que le premier est un groupe privé où il y une demande avec quelques questions. Ensuite on vous ajoute dès qu’on a fait une réunion de présentation de l’asso.

Quels sont les moyens dont vous disposez ?


On dispose surtout de don, qui sont fait via le site L214.com.

Avez-vous des besoins spécifiques ? Si oui, de quoi avez-vous besoin ?


On a besoin de bénévoles qui viennent sur le terrain, de personnes prêtes à donner de leur temps.

Quelles sont vos aspirations à long terme ?


On est une association abolitionniste. Nos aspirations à long terme c’est vraiment qu’on ferme les abattoirs, qu’on prenne en compte le fait qu’un animal est un être sensible. Qu’on laisse les animaux tranquilles.




  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • Blanc LinkedIn Icône